All events

Retrouvez l'Agenda des manifestations en cliquant ici 

Jusqu'au 31/10/2022

BERCK-PLAGE 1870-1900 - LES PREMIERS TEMPS DE LA PHOTOGRAPHIE À BERCK

LES PREMIERS TEMPS DE LA PHOTOGRAPHIE À BERCK Exposition au musée de Berck sur Mer milieu du XIXème siècle et la création de l’hôpital provisoire en 1861, Berck n’a cessé de se construire, de se moderniser. Véritable conquête de l’Ouest une « nouvelle ville » s’érige de manière exponentielle alors sur les dunes, les garennes, au plus proche de la plage. Cette histoire nous est rapportée par les chroniqueurs, journalistes ou publicistes de l’époque comme Léonie Duplais ou Arthur Danvin qui d’ailleurs n’hésitait en 1882 dans le Bulletin de la Plage du 13 juillet à comparer le développement de la ville à l’essor des Etats-Unis : « une marche en avant que les américains eux-mêmes pourraient nous envier ». A l’instar des littérateurs, la photographie, entre objets d’art et documents de culture, nous livre aussi ce que fut la construction originale et singulière de ces nouveaux quartiers. Apparue en 1839, elle a rapidement évolué, s’est industrialisée, photographe est devenue une profession et Berck les attire dès la fin des années 1860. L’exposition Berck-Plage 1870-1900 – Les premiers temps de la photographie à Berck et le catalogue qui l’accompagne retrace cette aventure et propose de découvrir notamment les œuvres d’Auguste Patté, Paul Rosenthal, Eugène Chéron, Louis de Mauny, les Frères Neurdein, Emmanuel Van Blitz ou Victor Cheronnet. Autant de photographes et de photographies rassemblés patiemment par un collectionneur avisé et amoureux de la Ville. L'exposition nous livre ici un témoignage important de l’histoire de Berck, une histoire riche et précieuse. au musée de Berck sur Mer Tarif : 3.50€
Jusqu'au 31/10/2022

Prendre la Vague

Contribution à une pratique des usages balnéaires de l’art Berck-sur-Mer est une ville au patrimoine riche et récent. Le déploiement du chemin de fer (1848), la création des hôpitaux (1861), le développement du tourisme balnéaire ont marqué son architecture, son urbanisme mais aussi sa population. Le village est devenu ville et c’est donc de ses échanges avec « l’extérieur » que vient aussi cette richesse. Prendre la vague – Une contribution à une pratique des usages balnéaires de l’art est une invitation faite à deux artistes Michael Lilin (vit et travaille à Lille) et Philippe Baryga (vit et travaille à Libourne) de s’inscrire tel deux Buffalo-Bill dans le nouvel accrochage. C’est donc ce nouveau moment de rencontre avec l’œuvre, et les collections du musée. Imprégnés par l’esprit dunaire de Berck qui leur évoque les paysages du Grand Ouest américain, inspirés par la présence de la mer qui rappelle l’ultime frontière, encouragés par un monde de l’art qui, sous couvert d’originalité, se satisfait des simplifications, des redites et des clichés, les artistes ont décidé de confier la médiation de leur travail à des cow-boys plutôt qu’à des critiques d’art. C’est aussi un nouveau voyage et un nouveau rendez-vous avec deux artistes qui s’emploient à dépasser et déplacer des frontières. Chacun usant l’un du dessin, l’autre de la peinture, les deux parfois conjuguant leurs pratiques sur une même œuvre. Afficher la galerie en plein écran Le travail collaboratif des deux artistes investit le Musée Opale-Sud, selon un découpage en chapitres respectant une certaine progressivité : d’abord, de la théorie illustrée par des dessins individuels, puis des échantillons de travaux personnels, culminant en la présentation d’œuvres textiles de grand format, accrochées aux murs, mais qui peuvent tout aussi bien être utilisées comme des serviettes de plage sur le littoral tout proche. On passe ensuite à l’hybridation de ces deux démarches, tentée malgré, ou à cause, d’une absence apparente de points communs. au musée de Berck sur Mer Tarif : 3.50€

Datum 0